Recommandation de l’OMS aux professionnels de la santé PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La Redaction   

L’Organisation mondiale de la santé est l'institution spécialisée de l'ONU pour la santé. Elle dépend directement du Conseil économique et social des Nations unies et son siège se situe à Genève. Elle a pour objectif d'amener tous les peuples du monde au niveau de santé le plus élevé possible. Voici, les 10 mesures essentielles que l'OMS recommande aux professionnels de santé de prendre au niveau mondial, au niveau local/ national et à un niveau personnel.

Au niveau mondial
1. Plaider en faveur d’un accord post-Kyoto fort et équitable. Les sollicitations actuelles et projetées des ressources de la planète (alimentation, logement, eau et énergie) exigent un engagement juste, scientifiquement solide et contraignant au niveau mondial en vue de réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre et de stabiliser le climat mondial.
2. Promouvoir la nécessité d’un accord « orienté sur la santé ». La protection de la santé et du bien-être devrait être l’un des trois principaux objectifs du nouvel accord (avec le développement et l’environnement) ; le renforcement des systèmes de santé devrait être défini comme l’un des domaines prioritaires de l’adaptation au changement climatique; et les mesures d’atténuation, qui apportent des avantages sur le plan de la santé et d’autres avantages socio-économiques, devraient également être considérées comme prioritaires.

Niveau national/local
3. Mettre à profit vos connaissances et votre autorité pour défendre ces mesures. Accroître la sensibilisation du grand public et des décideurs aux effets préjudiciables et inéquitables sur la santé, actuels et projetés, du changement climatique, ainsi qu’aux possibles avantages importants pour la santé et aux économies conséquentes qui pourraient découler de politiques de maîtrise des changements climatiques bien conçues. Collaborer avec d’autres à la planification de stratégies d’adaptation et d’atténuation.
4. Evaluer les capacités d’adaptation des systèmes de santé aux niveaux communautaire et local. Mesurer et évaluer l’état de préparation du personnel, des établissements et des systèmes pour faire face aux menaces propres à votre pays. Développer vos capacités de recherche afin d’évaluer les menaces et l’efficacité des interventions.
5. Renforcer les capacités d’adaptation de votre système de santé. De nombreux effets prévus du changement climatique sur la santé sont évitables ou maîtrisables grâce à la mise en œuvre d’interventions connues et éprouvées dans le domaine de la santé publique et des services de santé, notamment l’éducation du public, la surveillance des maladies, la préparation en cas de catastrophe, la lutte contre les moustiques, l’hygiène et l’inspection des aliments, la supplémentation nutritionnelle, les vaccins, les soins de santé primaires et soins de santé mentale et la formation. Lorsque ces capacités sont faibles, travailler avec d’autres pour les renforcer.
6. Encourager les établissements de santé à montrer l’exemple. Les établissements de santé – des centres à forte visibilité et gros consommateurs d’énergie – peuvent servir de modèles en réduisant leurs propres émissions de carbone, en améliorant la santé et en faisant des économies. Il existe sept domaines d’action potentiels à savoir : la gestion de l’énergie, les transports, les achats (y compris les denrées alimentaires et l’eau), l’évacuation des déchets, les bâtiments et le paysage, l’emploi et les compétences, et l’engagement communautaire. De bonnes pratiques dans ces domaines ont montré qu’elles permettaient d’améliorer à la fois la santé et le moral du personnel, d’améliorer la santé des populations locales, de favoriser une guérison plus rapide des patients et d’économiser de l’argent.
7. Promouvoir les avantages pour la santé de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. La réduction des émissions de gaz à effet de serre peut être bonne pour la santé. Dans les pays où l’automobile est le moyen de transport prédominant, le fait de privilégier la marche à pied et le vélo permet de réduire les émissions de carbone, d’augmenter l’activité physique (et de lutter ainsi contre l’obésité, les maladies cardiaques et le cancer), de réduire les traumatismes et les décès liés aux accidents de la circulation, et de réduire par la même occasion la pollution et le bruit. Dans les pays où les combustibles solides sont la principale énergie utilisée par les ménages pour le chauffage et la cuisine, passer à des combustibles plus propres et fournir des réchauds plus efficaces permettra de réduire la morbidité et la mortalité associées à la pollution de l’air à l’intérieur des habitations.

Au niveau personnel
8. Mieux comprendre les menaces pour la santé liées au climat. Tous les professionnels de la santé devraient avoir accès à des modules de formation continue et de formation générale
9. Calculer et réduire votre propre empreinte carbone. Chacun à son niveau peut faire beaucoup quotidiennement pour réduire sa propre contribution aux émissions de gaz à effet de serre. Pour calculer votre propre « empreinte carbone », le site de la Cité des Sciences (en français).
10. Promouvoir ces mesures auprès de vos collègues. Le secteur de la santé peut montrer l’exemple en établissant un cadre social et économique mondial susceptible de promouvoir la santé, la justice sociale et la survie – pour les générations futures comme pour les générations actuelles, riches ou pauvres, localement et globalement.

Source : Association Santé Environnement France : http://www.asef-asso.fr

Pour en savoir plus
:
Consulter le site de l'OMS : http://www.who.int/phe

Mise à jour le Dimanche, 03 Janvier 2010 23:16
 
AddThis Social Bookmark Button

Publicité